Free Ola Bini!

Cypherpunks

El Inca est une prison qui contient toutes sortes de personnes. Des personnes qui n'ont pas payé la pension alimentaire, les fraudeurs, les usagers de drogues à des fins récréatives, les trafiquants de drogue, les meurtriers - et moi -.

Une chose qui m'a beaucoup surprise lorsque je suis arrivé ici fut de constater à quel point la religion semblait être importante. Pendant les matins et les soirées, vous entendez souvent des prières en groupe ou des hymnes chrétiens. Ce sont les mêmes personnes qui auraient pu hurler leur allégeance à Vatos Locos une heure plus tôt. Les mêmes personnes qui se livrent régulièrement à des combats violents. Ce contraste est déroutant et intéressant.

On m'a souvent demandé ici si je suis religieux. Bien que la question soit plus communément posée: "as-tu la foi ?". Dans le bloc de ma cellule, plusieurs personnes lisent la Bible en permanence et je sais que la prière est une chose sur laquelle beaucoup de personnes s'appuient pour surmonter leurs journées.

Alors, que dois-je répondre ? Le plus souvent, je dois répondre qu'en Suède, la religion n'est pas si répandue et je suis un Suédois assez typique à cet égard. Parfois, je réponds: "science". D'autres fois: "connaissance" et parfois: "éthique et morale" et toutes ces choses sont vraies, tout comme elles ne sont pas vraiment l'histoire complète. Et d'un point de vue technique, mon système de croyances correspond assez étroitement à ce que l'on appelle Cypherpunk. Personnellement, je m'identifie comme étant un, même si ce n'est pas nécessairement quelque chose que j'ai beaucoup mentionné.

Ok, prenons du recul. Qu'est-ce que c'est ce truc de Cypherpunk ? Comme n'importe quoi avec le mot punk dans le nom, ça contient un bout d'anarchisme et cela signifie qu'il est tout simplement impossible de fournir une explication catégorique. Il y a au moins autant de perspectives sur le cypherpunk que de cypherpunks. Donc, ceci est ma propre perspective et mon avis.

Les Cypherpunks ne sont pas vraiment un groupe. C'est une perspective morale, une façon de regarder le monde. Il a commencé à prévaloir dans les années 80, lorsque la cryptographie a été transférée des gouvernements à la société civile. Bien qu'il y ait certainement eu des gens avec une perspective cypherpunk bien avant. Whitfield Diffie en est un clair exemple.

Lorsque la cryptographie est devenue plus courante, la contre-réaction a commencé. Les gouvernements ont commencé à essayer de contrôler cette connaissance.

Ce conflit a conduit à ce que l'on a appelé la première Guerre Cryptographique (beaucoup de gens, moi y compris, observent que nous vivons actuellement la Seconde). Au cours de cette période, plusieurs personnes se sont réunies. D'abord physiquement, puis numériquement, pour discuter de la façon dont la cryptographie pourrait être un outil de libération, quelque chose qui pourrait être utilisée pour de nombreuses fonctions importantes de la société. Mais, pour que la crypto puisse prospérer, il fallait d'abord que les gouvernements et les autorités reculent et cessent d'essayer de la restreindre. Ensuite, il faudrait que les gens construisent ces outils.

Ces premières discussions ont suscité de nombreuses idées importantes: monnaie numérique (précurseur de Bitcoin), réseaux mixtes (qui ont conduit au routage en oignon et à Tor), PGP, systèmes de vote électronique (différents de ceux que nous avons aujourd'hui). Ces systèmes offraient des garanties de sécurité nettement plus solides et bien plus encore.

Alors, quelles sont les croyances, le cadre moral ? D'une part, le code et l'architecture sont plus importants que les lois. Les lois peuvent être brisées, mais si nous construisons nos systèmes correctement, nous pouvons fournir de réelles garanties. Le droit à la vie privée, à la sécurité et à l'anonymat est également une conviction forte et l'idée que ces droits appartiennent à tout le monde, pas seulement à ceux qui peuvent le payer.

Lié à cela, la méfiance à l'égard de l'autorité, non seulement des gouvernements, mais de tout type d'autorité. Cela signifie que ces droits ne peuvent pas être accordés comme des droits légaux par décret. Plutôt, ces droits doivent être fournis par quelque chose de plus fort : par des systèmes cryptographiques, mis en œuvre et exécutés à ciel ouvert. C'est le seul moyen réel d'offrir finalement une véritable autodétermination à tout le monde dans le monde.

Une dernière conviction: les cypherpunks écrivent du code. Cela signifie exactement ce que cela dit. Si nous voulons un monde meilleur, nous devons assumer nos responsabilités. Nous devons le construire nous-mêmes.

/Ola Bini