Free Ola Bini!
Révéler des mots de passe

Révéler des mots de passe

C'est le soir dans le centre de détention. Les choses sont assez calmes. C'était une longue journée. Beaucoup ont eu la visite de leurs avocats, quelques-uns ont été libérés; la plupart d'entre eux ont terminé leur peine jeudi, mais vendredi était férié et, en raison de la lenteur de l'administration, ils n'ont été libérés que lundi soir.

Nous avons eu une nouvelle arrivée aussi. Cela arrive la plupart des jours. La routine est la même: le "capo" commence les procédures et la plupart des gens disent bonjour, puis il reste seul pour s'adapter un moment. La plupart ont une expression hébétée, comme s'ils ne croyaient toujours pas que cela est en train d'avoir lieu. Certains pleurent, plus tard, dans le noir de leurs cellules. Je me souviens de la sensation quand je suis arrivé ici, je pense que je me suis adapté, mais ce n'est toujours pas facile.

Il y a une semaine, nous avons eu une audition avec le procureur et les experts techniques en criminalistique, ceux qui déchirent et dissèquent toute ma vie numérique.

Ils m'ont demandé si je pouvais les aider et leur donner volontairement mes mots de passe afin qu'ils puissent inspecter le contenu de tous mes appareils. J'ai dit non.

Alors, dire non est un peu un luxe. Dans de nombreuses juridictions à travers le monde, on aurait pu me mépriser pour avoir refusé de fournir des mots de passe. Je ne me souviens pas et je n'ai pas d'accès à Internet, je ne peux donc pas le consulter, mais les condamnations de ne pas fournir de mot de passe peuvent être longues. J'aurais toujours dit non.

De plus, exprès, je n'utilise jamais les éléments biométriques sophistiqués d'Apple, par exemple des éléments tels que Face ID et Touch ID. Je ne fais pas confiance à ces technologies et le Touch ID est particulièrement délicat d'un point de vue juridique. La plupart des juridictions permettent aux poursuites ou à la police de prendre vos empreintes digitales. Cela signifie que vous pouvez être obligé à déverrouiller, même si vous ne seriez pas obligé de donner votre mot de passe. Pareil avec la reconnaissance faciale.

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles je ne suis pas intéressé de me soumettre à la demande de l'accusation. La première, et la plus simple, est que je ne reconnais ni n'accepte leur autorité légale. Ils n'ont pas révélé ce qu'ils pensent que j'ai fait; où, quand ou comment. Ils n'ont aucune preuve et ils m'ont placé en prison sans aucune justification valable. C'est une parodie de justice et toute personne qui participe à cette arnaque perd toute l'autorité légale qu'elle aurait autrement obtenue.

Je ne peux pas les empêcher de m'emprisonner, mais je ne reconnais certainement pas leur droit de le faire.

Cependant, même sans cette raison, il me serait très difficile de donner suite à une telle demande. Il y a deux raisons à cela. Le premier est que je crois en la vie privée en tant que droit humain. Cela signifie que vous ne pouvez pas simplement l'éteindre quand cela vous dérange. C'est un droit qui devrait être inscrit dans les fondements de notre société et, pendant ce temps, la surveillance tant des entreprises que des gouvernements devient de plus en plus tout-puissante. Ce que nous avons à l'intérieur de notre crâne est intimement lié à ce que nous avons dans nos appareils et je crois que c'est là qu'il faut tracer la ligne.

Mais qu'en est-il des malfaiteurs ? C'est la question immédiate que tout le monde se pose. La réponse est plutôt simple. Les forces de l'ordre ont plus de pouvoir d'enquête que jamais dans l'histoire. Cela devra être suffisant. Aux États-Unis, le quatrième amendement protège contre les recherches déraisonnables et, de mon point de vue, la recherche dans les appareils électroniques est clairement déraisonnable. Nous sommes toujours censés avoir une présomption d'innocence.

L'autre raison est simple. Mes appareils contiennent des conversations avec d'autres personnes. Si je révélais mes mots de passe, j'autoriserais les poursuites en Équateur à porter atteinte à la vie privée de tous mes amis, de ma famille et de mes collègues. Ce n'est clairement pas éthiquement acceptable.

Le laboratoire judiciaire va certainement essayer de pénétrer dans mes appareils. Ils réussiront probablement avec certains, surtout s'ils utilisent des outils du marché noir ou du "marché gris" pour les appareils Apple, bien que cela puisse coûter cher, mais au moins, je ne suis pas complice de cette action immorale et illégale.

Il est temps que nous établissions des lignes claires autour de nos vies numériques. Si nous ne le faisons pas, les intérêts politiques le feront et les résultats ne seront pas à notre goût.

Le 6 mai 2019

Ola Bini