Free Ola Bini!

Pouvoir

Juste devant la porte de ma cellule, se trouve le "calabozo", le cachot. Officiellement, elles sont appelées "cellules de réflexion". C'est ici que les personnes qui se conduisent mal sont envoyées pendant 12 heures ou plus, sans nourriture et dans des conditions déplorables.

La porte a une petite fenêtre en grille. Lorsque nous allons chercher de la nourriture, nous passons cette porte. La plupart du temps, les personnes à l'intérieur nous insultent et demandent de la nourriture. Certains parmi nous donnent toujours un peu, mais la fenêtre est si petite qu’il est impossible de passer quelque chose de substantiel.

Il y a toujours des gens dedans. Je n'ai pas vu l'intérieur, mais les perceptions extérieures font que la cellule a 2 x 4 ou 5 mètres. On m'a dit qu'il y avait généralement 12 détenus en même temps. Aujourd'hui, l'un d'entre eux était près de la fenêtre, sans être très bruyant ni offensant. L'un des gardes s'est approché et a agité son pistolet paralysant à quelques centimètres du visage du prisonnier. Personne d'autre n'a remarqué. Quand j'ai vu cela, j'ai décidé d'écrire sur le pouvoir. Evidemment un gros sujet. Je ne serai pas exhaustif.

Aujourd'hui, c'est mardi. C’est le soir. Mes avocats sont venus plus tôt dans l'après-midi pour me dire ce qui se passait à l'extérieur. Il s’agit de la première mise à jour que j’ai reçue depuis mon échec à l’audience d’appel, jeudi dernier. Les jours qui se sont écoulés depuis ont été parmi les plus difficiles de ma vie.

Il y a plusieurs raisons à cela. Mon anniversaire était le vendredi et j'avais souhaité être dehors et célébrer avec mes amis. Nous étions censés avoir des visites samedi, mais la prison a changé l'horaire. Mes amis étaient donc debout à l'extérieur, incapables d'entrer. Et jeudi, juste après le jugement, les gardes m'ont traîné si rapidement que je ne pouvais pas dire au revoir à mes amis ou même avoir un dernier mot avec mes avocats. En plus, mes parents ont dû rentrer à la maison samedi. La dernière fois que nous nous sommes vus, c'était lors de l'audience d'appel et ils sont maintenant à l'autre bout du monde. Mes camarades détenus sont géniaux. Ils m'ont apporté beaucoup de soutien. Ils ont même chanté pour moi le jour de mon anniversaire, mais même avec leur soutien, passer cinq jours sans aucun contact de l'extérieur après une audition dévastatrice a été brutal dans mon esprit, sans savoir ce qui se passe dans le monde extérieur, me laissant aveugle, c'est un genre de torture spécial pour quelqu'un comme moi.

Pour être clair, ce que je sais, ce que mes avocats me disent, et ce que les observateurs externes observent : le jugement rendu dans mon appel était une parodie, une force qui n'a rien à voir avec la justice ou le système juridique de l'Équateur. Le résultat était purement politique et non juridique, précisément parce qu'il était motivé par des motivations politiques et non par un raisonnement juridique. Je suis en colère, je suis tellement en colère, et cela me reviens parfois, et je suis submergé. On m'a enlevé, on m'a volé et ils volent littéralement ma vie, quelque chose qu'ils ne peuvent jamais rendre. Ils envahissent mes amis, ils enquêtent sur ma copine et pour quoi ? Gain politique ? L'injustice et l’iniquité me donnent des nausées. Mais la vérité est qu'au cours de ces 5 dernières années, la colère n'est pas l'émotion qui les définit. Ce que je ressens avant tout, c'est la peur, l'impuissance et le désespoir. Je suis entré dans une dépression profonde. Je ressens une anxiété constante et la situation empire.

C’est ce que je ressens car je n’ai aucune garantie que je sortirai jamais d’ici. Je n'ai commis aucun crime. Je n'ai pas été inculpé ni même accusé d'un crime. Il n’ya aucune preuve d’un crime et pourtant je suis en prison et ma "peine" actuelle est de 64 jours. À la fin de ces jours, l’emprisonnement peut être prolongé d’un an et, si un procès se produit, je peux être condamné à une peine de cinq ans d’emprisonnement, selon le "crime" dont je suis accusé (sans précision). Dans toutes ces procédures, de nombreuses protections juridiques sont censées garantir mes droits, le respect de ma présomption d'innocence, etc. Et jusqu'à ce point, le système judiciaire équatorien n'a pas consacré une deuxième pensée à ces protections.

Alors, comment dire qu'ils ne feront pas exactement la même chose à l’avenir ? Laisser les politiciens me condamner à la prison pour rien.

J'ai peur, parce que le gouvernement équatorien a agi de manière illégitime, incontrôlable et totalitaire à mon égard et je n'ai aucune raison de croire que cela va s'arrêter.

C'est la nature du pouvoir, sans contrôle.

/Ola